h1

Espoirs

12 avril 2011

La douce plainte de l'hiver s'éteint,

Les bourgeons craquent les branches feutrées.

Le froid s'étiole d'un silence étouffé

Par l'élan fougueux d'un printemps serein.

Derrière moi les vestiges d'avenirs cois,

De mystères invisibles et sournois.

Et devant moi, reposant les chemins,

Apaisant les évasions volubiles,

Mon cœur doucement bat, immobile.

Publicités

2 commentaires

  1. J’aime beaucoup !


  2. Merci Polluxe ;-)



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :