Archive for mai 2009

h1

This one’s in English

26 mai 2009

She came into our live almost by mistake.
We were reluctantly looking for someone to watch our kids. She was apprehensive and frustrated she needed the money. One little note in the boulangerie, one phone call.
We chatted.
She came round.

I thought she looked nice. Nice enough, and that she didn’t know that. She barely looked into our eyes, yet she seemed eager and filled with life and possibilities. We needed to know that our kids would be well taken care of. She needed to believe she was worth something. That the corporate bosses, the ones that refused to give her regular hours, were wrong. That’s why she needed a second job. Corporates. People who fill charts and save money, and reports, and forget about the humans.

I’d worked for them. Not the same, but still, men in suits. I knew.
I might have to wear a suit again. I know.

We gave it a try. One week, then one month. And we were both glad. Our kids love her. I think she loves them. Or the idea of them.
No. Really.
She saw herself through their eyes, and saw that she was worth something. That she was someone.

I don’t care about my microwave.

Children, the way they see you, the way you see yourself reflected in them, they don’t lie. There’s no shield. It may be too much, too much truth, but it’s real. And all she saw was beauty. Beauty and trust. More than spoken words, we trusted her with action, with freedom. We still do. Freedom to stand her ground and make her place. Freedom for minor punishment (and who are we to complain if she turns the TV off), freedom for light rewards.
Aurore got lip gloss.
We always talked and she knew that as long as we did, we would support her, or maybe tell her where the line was at some point.

So there she is.

She came into our home and filled it with peace. I know I can work, and that my children are happy, content, well taken care of. And I see the light in her, the life and confidence slowly seeping through, finding a pace. I found a scolarship she said, I can go back to school. The school is near your kids’, so I can still pick them up. Please. That would be nice.

Microwaves can be replaced. She cannot.

I saw her face find inner peace, her hands be more confident as she talked. I saw the joy glowing again.
We dont talk much. It’s all about daily life. But I see. She has plans. She does not stand still anymore, she looks at me with her eyes and with her smile and we see each other.
That is precious. I do not have many friends, many collegues whom I see, and who see me.

So, there is a new person in my life, in my family. Someone I feel responsible for. When my job ends, July 3rd, it will have consequences. Everything we do touches unknow shadows.

There is a line of salt surrounding us. It’s not just the sea, or our tears. (Of joy, sorrow, confusion. Take your pick). BSG tought me that. About the lines of salt, about crossing them, and about it sticking to our shoes wherever we go afterwards. Invisible for for us, and for the wise. You cross it, or you don’t, or you play with it and wonder. It’s OK. Really, things are.

So there it is, this blog. I haven’t made a decision about it yet. But well, I guess it’s OK if once a month I let my mind wonder throught the keyboard. The rest will come long fine.

I may post some crap in future days, but hey, my friend, see you next month. I’m sure it’ll be grand.

Publicités
h1

Comment décrire un champ de bataille quand on est une fille? (et qu’on s’habille en rose) – SF –

18 mai 2009
Tableau_blanc_3

A priori, le résultat risque d'être aussi probant que le super dessin illustratif.
Ayant grandi avec deux sœurs, je suis loin d'être étrangère aux batailles de griffes, de coups de pieds, de moulinets et de tirage de cheveux. Il y avait aussi les morsures, la technique à terre avec les jambes ultra soniques, sans oublier le hurlement de la "morhquitu" (… et je vous laisse deviner ma technique…). Ceci dit, il y a une différence entre se chamailler pour survivre au sein de la fratrie et décrire un champ de bataille. L'essayiste que je suis a visionné les Aliens entre ses doigts et les pauses pipi, sautant systématiquement  le gore et le pas beau qui fait peur dans les films et les histoires. Les scènes de bataille dans les bouquins ne devaient pas durer plus de cinq paragraphes que je lisais de toute façon en diagonale (blabla, bataille, blabla, boum, point final à la ligne.). Quand on a lu Balzac, on sait sauter des pages.
Etant partie sur l'antithèse de mon genre habituel, je devais continuer sur ma lancée et surtout, surtout ne pas abandonner. J'ai donc serré les dents, et ai écrit très silencieusement et toujours d'une traite les lignes qui suivent. Je les laissent aujourd'hui s'exprimer sans les avoir retouchée, mais avec une coupe. Si j'ai sauté ce paragraphe, vous l'auriez sans doute négligé aussi, et le résultat est à peu près aussi bien que la production d'un ado de treize ans. A la relecture, ce n'est pas très visuel. Normal.

Alors, le rose? :)

*  *  *  *  *

Le choc fût terrible. Lassés par des années de luttes stériles, les deux camps avaient rassemblé leurs derniers éléments terrestres et aériens dans un ultime affrontement. (…)

Les robots avaient quitté leurs antres, ne laissant que carnage et souffrance derrière eux, et il fallait s’y mettre à plusieurs pour les achever. Les bêtes d’acier agonisaient ensuite dans des flaques d’acide qu’il fallait éviter à moins de périr rongé.

Mais le pire ennemi des troupes au sol était bien les nacelles aéroportées, ces vaisseaux de guerre de tailles et d’armements variables. D’abord occupées à se battre entre elles, elles s’intéressèrent bientôt aux soldats grouillants à terre, pointant sans pitié leurs lasers sur le camp adverse.

La guerrière ne sentait plus les coups. Se battant avec la même énergie, son bataillon restait pour l’instant soudé face à la mort qui semblait l’attendre. Les soldats communiquaient entre eux grâce à des oreillettes fixées sous leur peau, qu’il suffisait de presser pour transmettre vers les autres membres de l’escadron. Parfois des ordres concis émanaient du haut commandement, les faisant avancer vers la droite ou la gauche à la rencontre de nouveaux adversaires.

Une troupe de robots les assaillit et sans savoir comment, elle se retrouva bientôt isolée du groupe, face à l’ennemi.

Que la bataille continue pensa-t-elle avec indifférence, le bruit avait disparu, il ne restait que le silence de son cœur décharné, des rires qui ne résonneraient plus jamais dans la campagne verdoyante.

Depuis combien de temps se battait-elle ? Elle n’aurait su le dire… Son corps tendu par l’effort continuait sans relâche, mais son esprit restait hors du combat. Elle se sentait détachée de ses gestes alors que ses doigts tuaient et que les hommes face à elle disparaissaient un à un devant la justesse de ses coups. Combien de fois avait-elle rechargée les batteries de ses lasers, combien de corps lacérés et de vies ôtées avec une précision quasi chirurgicale ? Elle ne savait pas, le temps avait cessé d’exister, elle ne sentait même plus l’odeur de sang et de sueur qui alimentait d’ordinaire sa transe, la transe du combat et de l’ennemi à anéantir.

h1

Art : Space Man à l’hôpital Robert Debré

14 mai 2009

Navettes spaciales réalisées dans le service de dialyse et de néphrologie
par des enfants de 6 à 15 ans, aidés par un génial bricoleur, le
personnel soignant (dont une décoiffante infirmière), une maîtresse
inventive et une prof d'arts plastique. Le matériel utilisé est du
matériel de récupération appartenant soit à l'hôpital soit à la maison,
ainsi que des matériaux de base tels que le fil de fer, le papier
crépon…

Spaceships made by children aged 6 to 12 in the dyalisis  and nephrology service. They were helped by a genius handyman, the staff (including a legendary! nurse), an inventive kindergarden teacher and an art teacher. Recycled stuff from the hospital or home were used, plus basic crafting material.

h1

Florent’s first phone art

14 mai 2009
Tableau_blanc_2

La lave du volcan déferle sur les voitures.
The volcano's lava surges on the cars.

h1

Grêle

13 mai 2009

Elle est tombée soudainement avec violence, pour fondre tout aussi vite…

h1

première nouvelle ratée… :)

13 mai 2009
Guerriere

Le texte qui suit date d'il y a sept ans. Je triche donc un peu, il ne s'agit pas d'une création nouvelle.
Empêtrée dans des essais littéraires dits "classiques", j'avais fait un tour sur mes étagère et remarqué que les livres relevant de "l'imaginaire" – SF et Fantasy – prenaient presque autant de place que les livres plus avouables (souvent candidats malheureux à des prix prestigieux). Alors, pourquoi pas moi? Quoique souvent considérés comme des genres moindres, la littérature SF et Fantasy ont elles aussi la capacité de faire réfléchir et de permettre une évasion de l'esprit. Des films et séries TV sont également reconnue pour leur profondeur, comme par exemple la reprise de Battlestar Galactica (par David Eick et Ronald Moore), qui a gagné un Peabody Award…
Nous étonnons toujours à notre capacité de rêver d'inventer des histoires farfelues, trait que nous retrouvons avec bonheurs dans nos enfants. Alors, pourquoi pas moi?
J'ai donc écrit presque d'une traite, revu, relu, corrigé (merci Bescherel), réécris, coupé, charcuté, relu une dernière fois… Puis ma nouvelle de 8100 mots est partie chez la revue Québecoise "Solaris", qui publie de jeunes auteurs inconnus(parce que pour être dans Bifrost, il faut déjà être un people). Solaris a eu l'extrême gentillesse de m'envoyer un mail de refus personel en m'expliquant que, si j'écrivais bien, en revanche il fallait que j'arrête de regarder Star Trek et la Guerre des Etoiles… heh, la claque. :)

Je poste donc ici le début de la nouvelle, et mettrai la suite petit à petit. Etre publié ne rend pas grand monde riche, mais permet de partager ses meilleurs comme ses pires écris. A défaut de l'être, autant partager ailleurs, donc ici. Et puis, j'ai promis la suite à quelqu'un il y a déjà trop longtemps.
Ces lignes sont celles que j'ai écrites en premier. Déjà à l'époque, je n'arrivais pas à faire un choix entre Science Fiction et Fantasy, trouvant que, "Science Fantasy", ça sonnait super bien. Nan? Un mage qui tient un fusil laser sur le dos d'un cylon avec une fée sur son épaule, trop top. Dommage, les éditeurs n'ont pas l'air d'accord.
J'avais l'image de mon héroïne en tête, l'image d'une guerrière qui avait soigneusement construit un mur autour de ses souvenirs et de ses sentiments. Une femme soldat, une guerre, c'était un défit pour moi, et complètement éloigné de tout ce que j'avais pu maladroitement écrire jusque là. C'est d'ailleurs encore très adolescent tant dans l'écriture que dans la construction du récit.

* * * * * *
Elle ouvrit brusquement les yeux. Le jour pointait à peine et les autres étaient encore assoupis, mille silhouettes inconscientes allongées sur le sol. Le ciel lourd et sombre laissait présager une violente averse d’ici le retour de la nuit. Elle resta un moment assise, immobile.
Ses cheveux sombres et longs étaient ramassés dans un chignon serré, fait assez inhabituel dans les rangs. La plupart des autres femmes ne s’embarrassaient pas de tant de mèches et préféraient une coupe à ras, qui n’entravait pas leurs mouvements lors des combats.
A ses yeux, son apparence physique avait peu d’importance. Elle n’était qu’une ombre parmi les autres au sein de l’armée de la mort qui avançait inexorablement, laissant le sol aride et désespéré derrière elle depuis que l’empereur de paille avait attaqué l’empereur régnant, massacrant tout sur son passage.
Aujourd’hui aura lieu le combat, aujourd’hui sa vengeance continuera dans la transe de cette danse mortelle.
Dans la pantomine macabre du pouvoir, elle a choisi son camp et décidé de survivre après qu’on lui aie tout enlevé. La jolie fermière sereine est un lointain souvenir à demi effacé et le chant des enfants riant dans le jardin ne retentit qu’en écho invisible, lorsque son corps est las et qu’elle n’arrive plus à oublier. Elle n’a plus de nom, plus d’amis, ses compagnons d’armes passent, et seule sa rage de lutter reste, intacte et puissante.
Il n’y avait pas de vent. Le calme de la clairière n’était troublé que par quelques ronflements et couvertures remuantes. Elle déplia son corps lentement et plaça sa tasse sur les braises tout en surveillant les alentours. L’eau ne tarda pas à être chaude et l’arôme du thé remplit ses sens. C’était presque indécent d'en savourer un avant d’aller tuer… Il ne manquait que les biscuits et la cuillère qui tinte sur le rebord de la tasse. Elle la serra des deux mains, retrouvant ce geste d’antan lorsque le maigre feu d’hiver la laissait encore glacée
Le froid ne l’atteignait plus.
Longtemps, elle avait cru qu’elle ne valait rien. À force d’entendre qu’elle n’était qu’une femme, elle avait fini par le croire, oubliant qu’elle était surtout un Homme dans la marée noire et sans âme dont s’était dotée l’humanité. Enfin ses yeux s’étaient ouverts et elle avait vu que c’était faux. Elle avait sa place. Avec l’entraînement adéquat, elle pouvait être aussi forte qu’un homme, voire même plus habile. Elles n’étaient pas si rares, celles qui n’avaient plus que l’armée pour vie, qui avaient abandonné leur passé ou à qui l’on avait arraché les quelques parcelles d’espoirs qu’elles avaient voulu préserver devant la cruauté de la guerre. Face à la mort, tous les guerriers sont égaux. Ou presque.
Contrairement aux soldats pris dans l’engrenage de la violence, elle restait lucide sur ses motivations. Aucun camp n’avait tort, ou plutôt, la partie causant le plus de ravage et parvenant à faire plier son adversaire aurait raison. Deux hommes se battaient pour un siège et c’est la terre entière dont le sang devait couler. Qu’ils s’appellent empereurs s'ils le souhaitent ! Ils n’en restaient pas moins bourreaux. Que l’un ait attaqué l’autre n’avait plus d’importance dans le monde ravagé qu’ils avaient créé.
Elle avait choisi le côté des gagnants, en tout cas c’est ce qu’elle aimait croire, cela lui permettait de continuer. L’ennemi était en face. Ceux qui avaient tout détruit autour d’elle, ses rêves, ses souvenirs, ses joies et sa raison de vivre. Elle était devenue la reine des glaces, la reine des morts et n’aurait de cesse tant que tous ne seraient pas anéantis.
Ses rêves avaient disparu. Ses nuits ne représentaient qu’un instant de repos physique où elle reprenait des forces avant de recommencer. Elle dormait peu, un détail qui inspirait le respect dans les rangs de son escadron. Les femmes y étaient moins nombreuses et peu facilement reconnaissables, préférant se fondre dans la masse, mais certains hommes avaient du mal à les traiter en égales.
Elle était différente et sa légende attirait régulièrement des curieux qu’elle ignorait avec le même détachement qu’elle traitait ses camarades. Son bataillon ne s’offusquait pas de son attitude et suivait au contraire ses envolées avec énergie et détermination. Elle avait plusieurs fois été approchée par la hiérarchie et refusé systématiquement toute promotion. Elle souhaitait rester en bas, simple soldat, et suivait les ordres qu’on lui donnait sans poser de questions. Sa place était là, dans l’action. Elle avait consciencieusement appris toutes les techniques de lutte, savait se servir de toutes les armes quel que soit leur degré de complexité technologique, et surtout était pourvue d’un instinct infaillible pour repérer les failles de ses adversaires.
Sa façon de s’enfoncer au cœur de la mêlée, laissant derrière elle une haie de dépouilles fumantes, transcendait jusqu’aux plus faibles. Ils étaient fiers d’elle, fiers de leur force et de leurs morts. Elle était le fer de leur lance, la fermeté de leurs gestes, l’acharnement de leur combat.
Le jour s’était installé et les formes autour d’elle commençaient à s’étirer péniblement.
Gnared s’approcha d’elle et la fixa d’un œil qu’elle soupçonna ironique. Elle n’aimait guère les mages en général et celui-ci la mettait particulièrement mal à l’aise.
– Sylvinne et Adriann nous mènerons au combat cette fois-ci. Le capitaine a été transféré à l’hôpital de la capitale.
Elle hocha de la tête. Ce choix n’avait rien de surprenant. Elle avait déjà croisés à plusieurs reprises Sylvinne et Adriann lors de combats passés. Ils faisaient partie des meilleurs éléments et combattaient toujours ensemble.
Elle laissa sa place près du feu et alla entretenir ses armes. Aujourd’hui serait peut-être sa dernière bataille.  

h1

My First Blog Post

13 mai 2009

Puisqu’il s’agit d’un nouveau blog* et d’un premier post, autant joindre la première photo prise avec mon nouveau tel, ainsi que son gribouillage associé. Plutôt que de faire un énième blog de maman – le mien se serait sans doute appelé maman-en-colère (.) org – j’y mettrai sans doute un farfouilli d’idées et de textes, de gribouillages et de questions, bref, ça va être le bordel les amis…

*Mon premier blog est probablement décédé de négligence informatique.