h1

Dépression – blanc

6 mars 2019

Le corps penché elle s’abîme, en recherche de souffle, d’une seconde, encore, et d’une autre, qui s’ajoutent, elle n’écrit rien pour effacer les jours : hier ou demain, tout est blanc.

En elle une déchirure qui grandit, les mots ravalés en vertiges de ce qu’ils pourraient annoncer ; parce qu’elle connaît l’issue de ce chemin qu’elle ne se résoud à quitter, elle s’oublie, courbe son âme, s’enroule autour de ses failles, de ses doutes et de ses regrets. Immobile en pensées floues, le temps la bouscule en rafales glacées et en elle la rage de ne pouvoir avancer. A la croisée des choix, de ses désirs et de ses devoirs, de sa loyauté pesante… en fatigue et lassitude de risquer à reconstruire, encore. S’affranchir de ses contraintes, oser la liberté, être dans l’impensable.

Seule, elle s’est entourée des béquilles des autres, ceux qui ne font, dont les pas forment un cercle enfermant gravé dans la pierre, ceux dont elle porte les espoirs éteints à s’en briser l’échine.

Elle respire leurs peines,  suffoque du poids de leurs ombres tissées au plus secret de leurs silences. Assourdie par le flux de leurs paroles couvrant leurs refoulements, le travail qui ne se fait pas, le pathos qui s’enfonce encore plus loin et s’accroche à leurs peurs et leurs rêves.

Elle attend, en vain elle s’attend jusqu’à ne plus savoir avancer, lucide et les yeux grands ouverts. 

Hier, aujourd’hui, demain… blanc, elle ne veut plus.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :