h1

Viens, respirons le sel et fuyons

5 novembre 2017

Viens, je t’emmène avec moi. Partons au gré des vents en insouciance du temps. Marchons près des falaises dominant les mers, respirons le sel et dansons.

Viens, partons.

Près des falaises dominant les mers, les vents inconstants jouent en tourbillons et ta voix claironne par-dessus les carillons : la ballade limpide de tes grands yeux me promène vers des sentiments malheureux, viens, rions.

Par delà les murs et les façades, une plage s’élance vers la roche léchée d’écume. Elle s’envole, s’oublie et se brise sous l’emprise des marées, naissances et tourments sans cesse renouvelés.

Les vents inconstants jouent en tourbillons, la balade limpide de tes yeux n’est pas sans rappeler celle des cieux, viens, fuyons.

L’écho tonne, tombe, se tasse et se fige en fulgurance sur les vagues noires, près des falaises dominant les mers, par delà les murs et les façades. Une plage se lance seule et sans arme, le sable englouti sous les flots des larmes. Amertumes des innocentes noyées, respirons le sel et dansons.

Viens.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :