h1

Extraits professionnels (ben quoi?)

29 mai 2011

Madame Evrard claque le tiroir d’un mouvement sec. Remonte ses lunettes sur son nez, essuie la sueur sur son front en agitant un doigt vers les boutons dysfonctionnants de son ventilateur. Ses cheveux grisonnants s’échappent malgré elle du chouchou en velours noir sensé les retenir, ses yeux bleus délavés fixent les papiers épars sur son bureau. Elle essaye de calmer sa respiration énervée avant de les lever sur son interlocutrice. Une petite greluchonne nerveuse au regard fuyant. Yeux et cheveux sombres, peau trop blanche, un peu d’acnée sur les joues. Madame Evrard soupire. Elle était en vacances lorsque cette embauche a eu lieu. Avec son travail à la RH, elle va de surprises en surprises concernant l’inventivité des salariés de l’entreprise…  Elle enlève ses lunettes, ses palpitations se sont calmées. « Mademoiselle, les varices sur le dos ça n’existe pas. Si vous voulez regarder le mariage du Prince William à la télévision demain, posez un RTT ».

 

* * *

Les cris des enfants résonnent au loin. Quelque part dans une cour entre des immeubles, une école abrite leur gaieté quotidienne coupée de sonneries et d’obligations. Le son de leurs jeux vous semble irréel. Vous êtes sortis de vos couloirs, descendus des ascenseurs, au pied de votre gratte-ciel vous tournez vos visages vers le soleil qui peine jusqu’à vous. Une main prolongée de nicotine, une autre au téléphone, vous vous aérez en polluant vos poumons. C’est l’heure… La cohue est suivie de silence, tout à coup vous vous souvenez qu’il vous faut rentrer. Il y a des réunions, un mail à écrire, une question à poser. Votre récréation aussi est terminée.

 

* * *

Parfois Corinne rêve qu’elle est dans les montagnes et qu’elle peut escalader des pans entiers toute seule, ongles dans le roc, yeux dans les failles, poumons dans l’air enivrant des cimes. Elle s’échappe ainsi quelques minutes le visage tendu vers le ventilateur, le temps d’une évasion sereine, avant de reprendre le train train ronronnant des mails et des process.

 

* * *

La boîte fait 40cm sur 50cm et une hauteur de 30 environ. Elle est grise, il y a deux poignées sur les côtés et un couvercle. C’est important le couvercle, Anna va pouvoir arpenter les couloirs pour la dernière fois, jusqu’à la sortie, sans que ses ex-collaborateurs puissent assouvir leur curiosité passive. Anna s’en va. Elle leur manquera une demi-journée, puis une autre intérimaire prendra sa place. L’entreprise continuera à ronronner, les process Kafkaïen se succèderont les uns aux autres, les hommes passent, rien ne change. Anna remplit sa boîte calmement, elle a déjà des choses à faire, son esprit la devance dans les endroits à visiter. Elle part sans dire au revoir, pas besoin, elle laisse derrière une armée prête à faire entendre sa voix, des grains de sable dans la machine trop bien huilée : et si les huileurs retiennent leur geste, alors quoi? Place à la révolte des intérimaires.

 

Des petites tranches de vie au bureau issues de ma contrainte quotidienne sur le blog du convoi des glossolales (http://leconvoidesglossolales.blogspot.com/)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :